Programme

À partir de 8 heures : Petit-déjeuner networking

09 h 00 – Accueil

Catherine MORIN-DESAILLY, sénatrice de la Seine-Maritime

9 h 10 – Allocution d’ouverture

Bruno LE MAIRE, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance

9 h 20 – « Internet des objets & souveraineté numérique: Perspectives industrielles et enjeux de régulation »

Présentation par Bernard BENHAMOU, secrétaire général de l’Institut de la Souveraineté Numérique (ISN) du rapport réalisé par l’ISN et l’AFNIC

 

9 h 30 – Table ronde 1 : « Fonctions régaliennes de l’État : quelles technologies et quels services numériques ? »

Face à la domination d’entreprises étrangères dans les domaines du cloud et plus généralement à la nécessité de protéger nos données les plus sensibles et nos systèmes d’information stratégiques contre des actes d’intrusion, de malveillance ou de manipulations basées sur ces données, la France et l’Union européenne tentent de trouver des solutions pour garantir la souveraineté et la sécurité des données. Les évolutions technologiques récentes des infrastructures réseau, de l’identité numérique ou de la cybersécurité associées à de nouvelles formes de régulation et de politique industrielle pourraient ainsi devenir de nouveaux atouts pour la reconquête de notre indépendance numérique dans ces secteurs stratégiques.

Introduction et modération :

Henri d’AGRAIN, délégué général du CIGREF 

Intervenants :

  • Catherine MORIN-DESAILLY, sénatrice de la Seine-Maritime 

  • Laurent TRELUYER, Directeur des systèmes d’information (CIO), AP-HP, Assistance Publique, Administrateur du Cigref

  • Un représentant d’un opérateur

 

10 h 30 « Les nouveaux défis de la géopolitique du cyberespace »

Frédérick DOUZET, Professeure à l’Institut Français de Géopolitique de l’Université Paris 8, directrice du centre Géopolitique de la Datasphère (GEODE)

 

10 h 40 – Keynote : « Télécommunications : la souveraineté au défi de la 5G et de la virtualisation ? »

Thierry BOISNON, président de Nokia France

 

10 h 50 – Table ronde 2 : « Télécommunications : la souveraineté au défi de la 5G et de la virtualisation ? »

Parallèlement aux risques de dépendance vis-à-vis de nouveaux acteurs industriels asiatiques pour les équipements réseaux, en particulier pour la 5G, la virtualisation des fonctions des réseaux (NFV) dans le cloud permet dorénavant aux opérateurs de télécommunications de déployer et des réseaux et services à la demande en s’affranchissant de la contrainte de l’installation d’équipements dédiés sur un territoire donné. Cependant la NFV, en banalisant logiciels et serveurs utilisés et en multipliant les datacenters qui les hébergent, fait naître de nouvelles vulnérabilités et peser un risque significatif de perte de souveraineté sur des moyens de télécommunications qui semblaient jusqu’alors préservés. Quelles formes pourront prendre les certifications européennes et quels pourront être les éléments d’une stratégie commune pour préserver la compétitivité des équipementiers et des opérateurs européens ?

Introduction et modération :

Nicolas SIRONNEAU, expert à la Fondation Concorde 

Intervenants :

  • Thierry BOISNON, président de Nokia France 

  • Xavier VIGNON, président de Sogetrel, vice-président d’InfraNum 

  • Un représentant de l’AFNUM 

  • Un juriste

  • Un représentant de la Commission européenne

 

11 h 50 – Table ronde 3 : « Quelle politique industrielle pour une reconquête européenne ? »

La reconquête de la souveraineté numérique européenne requiert une stratégie volontariste et coordonnée, combinant puissance et indépendance technologique, capacité industrielle et financière, le tout dans un espace juridique adapté et propice à l’émergence de champions européens souverains. Le projet Gaia-X, en tant qu’infrastructure de données fonctionnant selon les standards et valeurs européennes et le projet interbancaire européen de plateforme de paiements EPI (European Payments Initiative), sont sans doute, l’une des illustrations les plus parlantes de cette stratégie.

Cloud computing, plateforme européenne de paiements ; comment encourager le développement de champions européens du numérique ? Faudra-t-il des projets à 26 ou s’appuyer sur des accords entre seulement quelques acteurs européens en pointe sur le numérique ? Conviendrait-il de privilégier un axe franco-allemand dans ces domaines ?

 

Introduction et modération : Thibault VERBIEST, avocat associé, Ravet & Associés ; président de la Fondation IOUR

Intervenants :

  • Julie GALLAND, sous directrice électronique et logiciels, DGE

  • Laurent GIOVACHINI, directeur général adjoint de Sopra Steria, président de la Fédération Syntec et président de la commission « Souveraineté et sécurité économiques des entreprises » du Medef 

  • Sandro GOZI, député européen (sous réserve)

  • Francis JUTAND, directeur général adjoint de l’IMT ; membre fondateur de Gaia-X 

  • Jean-Michel MIS, député de la Loire, vice-président de la mission d’information « Bâtir et promouvoir une souveraineté numérique nationale et européenne » 

 

12 h 50 – Clôture

Thierry BRETON, commissaire européen au marché intérieur et au numérique (sous réserve)